Rechercher

Comment fonctionne un récupérateur d’eau de pluie ?

L’eau est devenue une ressource précieuse et nos besoins croissants sont souvent difficiles à assouvir. Vous souhaitez faire des économies en utilisant l’eau pluviale de façon quotidienne ? Le fonctionnement d’un système de récupération de l’eau de pluie est très simple et possède de nombreux avantages. Dans cet article, vous apprendrez comment fonctionne un récupérateur d’eau de pluie, quels sont les différents types de cuve de récupération et la méthode pour installer un récupérateur à la manière d’un professionnel.

Pourquoi récupérer l’eau de pluie ?

Près de la moitié de l’eau que nous utilisons au quotidien dans la maison n’a pas besoin d’être potable. L’eau de pluie est légèrement acide et contient peu de minéraux. Elle n’est pas calcaire et ne peut pas être à l’origine de dépôts de tartre lorsqu’elle est utilisée. Tirer profit de l’eau de pluie est donc possible pour :

  • Arroser le jardin.
  • Laver la voiture.
  • Alimenter les toilettes.
  • Laver le linge (à la main ou dans un lave-linge).
  • Remplir une piscine.

L’utilisation d’une cuve de récupération d’eau de pluie permet d’économiser de 200 à 500 € chaque année. En plus de ses avantages économiques, la récupération de l’eau pluviale est favorable à l’environnement. Le tableau suivant présente le nombre de litres d’eau nécessaire pour la réalisation de nombreuses tâches quotidiennes. L’ensemble de cette quantité d’eau pourra être économisée chaque jour grâce à l’installation d’un récupérateur d’eau de pluie.

Tâche

Quantité d’eau nécessaire

Arroser le jardin

15 à 20 L/m²

Laver la voiture

150 à 200 L

Tirer la chasse

11 L

Laver le linge

100 à 120 L par cycle

Principe du récupérateur d’eau de pluie

Le fonctionnement d’un récupérateur d’eau de pluie est simple. La cuve, enterrée ou non, est alimentée en eau de pluie par un tuyau qui la relie aux gouttières du toit. L’accès à la cuve est protégé par un filtre. Celui-ci permet de retenir les feuilles, les insectes et tous les détritus verts qui pourraient contaminer l’eau. Une fois stockée dans la cuve de récupération, l’eau est rendue disponible à la consommation grâce à :

  • Une pompe, lorsque la cuve est enterrée. Celle-ci se déclenche dès l’ouverture d’un robinet auquel est reliée la cuve. L’eau de pluie est ainsi acheminée vers le robinet ou l’appareil qui en a besoin.
  • Un robinet, si la cuve est hors-sol. Dans ce cas, la pression sera moins élevée, mais permettra quand même de laver la voiture ou d’arroser le jardin sans problème.

Bien choisir son récupérateur d’eau de pluie

Sélectionner une cuve de récupération des eaux pluviales adaptée à sa consommation est essentiel pour optimiser son investissement. Plusieurs critères sont à prendre en compte lors du choix d’un récupérateur : le volume, le matériau et le type d’installation.

Volume d’une cuve de récupération

Déterminer le volume idéal pour votre cuve de récupération des eaux pluviales demande du bon sens et de la réflexion. En effet, vous devrez principalement tenir compte de 3 critères :

  • Le climat de votre région (pluviométrie moyenne en mm/m²). Si votre climat est plutôt sec, la taille de la cuve envisagée devra être plus importante. En effet, celle-ci sera remplie moins fréquemment, elle devra donc contenir une réserve importante afin de vous alimenter en eau durant les périodes où il ne pleut pas. Si, à l’inverse, votre région est très humide, un volume de cuve faible sera recommandé. Celui-ci se remplissant très régulièrement, il suffira à combler vos besoins quotidiens.
  • La surface de votre toit (en m²). Plus la surface d’un toit est importante, plus la quantité d’eau de pluie pouvant être récoltée est grande. En moyenne, 600 litres d’eau de pluie par m² sont récoltés chaque année.
  • Votre consommation souhaitée (en L). Quel sera l’usage que vous ferez de votre eau de pluie ? L’utiliserez-vous seulement pour votre petit jardin ou pour remplir votre piscine, laver votre voiture et alimenter vos toilettes ?

Besoins

Taille de la cuve

Arrosage d’un petit jardin (<50 m²)

200 à 500 L

Arrosage d’un grand jardin

500 à 1 500 L

Arrosage du jardin et lavage de la voiture

1 500 à 2 500 L

Jardin, voiture, piscine

2 500 à 5 000 L

Jardin, voiture, piscine, toilettes, machine à laver

5 000 à 10 000 L

Matériau du récupérateur d’eau pluviale

3 matériaux principaux sont utilisés pour la conception de récupérateurs d’eau de pluie :

  • Plastique souple : Ces cuves hors-sol ont une contenance faible mais sont économiques et faciles à nettoyer.
  • Polyéthylène : Utilisables enterrées ou hors-sol, les cuves en PEHD sont peu chères et très résistantes mais acidifient l’eau stockée.
  • Béton : Il est toujours utilisé pour les cuves enterrées. Son prix est plus élevé et son installation plus difficile, mais sa durabilité et sa contenance sont maximales.

Matériau

Avantages

Inconvénients

Plastique souple

  • Bonne qualité de l’eau
  • Installation très facile
  • Nettoyage facile
  • Supporte le gel
  • Pas cher
  • Faibles volumes
  • Usage hors-sol seulement

Polyéthylène

  • Installation facile
  • Peu cher
  • Usage enterré ou hors-sol
  • Très résistant
  • Eau plus acide
  • Vidange nécessaire en hiver pour ne pas geler

Béton

  • Bonne qualité de l’eau
  • Entretien facile
  • Gros volumes
  • Installation difficile
  • Cher
  • Usage enterré seulement
  • Fissures possibles

Type de récupérateur

2 types de récupérateurs sont à différencier :

  • Les récupérateurs d’eau de pluie hors-sol sont visibles et moins esthétiques mais plus faciles à installer et moins chers. Ils sont idéals pour les faibles consommations d’eau ou pour les surfaces réduites. L’eau qu’ils contiennent est plus sensible au développement d’algues, aux rayons du soleil et au gel.
  • Les cuves de récupération d’eau pluviale enterrées ont de plus grandes capacités, mais demandent des travaux importants. Le retour sur investissement est plus long et dépend de la quantité d’eau utilisée.

Prix des récupérateurs d’eau de pluie

Le prix d’un récupérateur d’eau de pluie évolue rapidement selon le volume de la cuve nécessaire, le type de travaux à réaliser, le matériau de la cuve et la nature de votre terrain.

Volume de la cuve

Prix cuve souple

Prix cuve PEHD

Prix cuve béton

200 à 500 L

40

X

X

1 000 à 1 500 L

100

300 + Pose 1 000

500 + Pose 2 000

2 500 L

300

500 + Pose 1 000

900 + Pose 2 000

5 000 L

400

1 000 + Pose 2 000

1 300 + Pose 3 000

10 000 L

550

1 800 + Pose 3 000

2 000 + Pose 4 000

Installation d’une cuve de récupération d’eau de pluie

Pose d’un récupérateur d’eau hors-sol

L’installation d’un récupérateur d’eau de pluie hors-sol peut être effectuée soi-même à l’aide d’une cuve de volume adaptée et d’un kit de raccordement aux gouttières. L’installation peut se faire contre un mur, dans la cour ou le jardin de la maison. Le raccordement gouttière est à poser à l’entrée de la cuve avec un filtre. Lorsque le récupérateur est plein, le raccordement gouttière sera ôté ou fermé afin d’éviter le débordement de celui-ci. L’eau pluviale sera alors dirigée vers le système d’évacuation de l’eau de pluie.

Installation d’une cuve de récupération enterrée

Poser une cuve de récupération d’eau pluviale enterrée nécessite l’intervention d’un spécialiste. Celui-ci procédera à l’installation selon les étapes suivantes :

  • 1. Creuser la fouille à l’aide d’outils adaptés.
  • 2. Déposer la cuve dans le trou.
  • 3. Raccorder la cuve au système d’alimentation d’eau domestique afin de pouvoir utiliser l’eau pluviale pour alimenter un lave-linge ou des toilettes.
  • 4. Installer la pompe.
  • 5. Poser un système anti-retour permettant au réseau d’eau de la ville de prendre le relais sur les installations domestiques si la cuve est vide.
  • 6. Raccorder la cuve à un robinet extérieur.
  • 7. Mettre en place du système de filtration.
  • 8. Connecter l’entrée de la cuve au réseau de gouttières.
  • 9. Poser un système de trop-plein vers le réseau d’évacuation des eaux pluviales.
  • 10. Vérifier le fonctionnement du système.
  • 11. Reboucher le trou pour enterrer la cuve de récupération.
Article précédent
Article suivant

Laisser un commentaire